10
BoredFineGoodAmazingExcellent (1 votes, average: 10,00 out of 5)
Loading...

Blanche-Neige et les sept nains

De nos jours, dans le milieu de l’animation chez Disney, vous retenez surement parmi les classiques Le Roi Lion, La Reine des Neiges, Aladdin ou encore Les Nouveaux héros qui font clairement parti des Disney les plus populaires et apprécié, à juste titre bien sur je les adore comme beaucoup de monde. Pourtant, je trouve qu’on a un peu tendance à oublier ce qui s’est fait auparavant. Notamment que le premier film d’animation à avoir connu un énorme succès n’est autre qu’un classique d’animation Disney un peu mis à l’écart depuis, Blanche-Neige et les sept nains. En plus d’être le premier classique Disney, c’est également le tout premier film d’animation à avoir vu le jour, oscarisé d’honneur l’année suivante pour avoir apporté un grand et nouvel élan au cinéma avec l’animation sur grand écran, là ou auparavant Disney en était encore au court-métrage, ce qui était déjà un début et aujourd’hui encore, le film reste une réussite étonnante dans le domaine de l’animation. Seulement, de nos jours beaucoup n’apprécient pas le film en pointant du doigt un bon nombre de détail à son propos, que ça soit les féministes désignant Blanche-Neige comme un mauvais modèle, les anti-Disney qui aime trouver des faux trucs malsain dans les classiques ou légèrement ambigüe, ceux qui préfère voir des films d’animation en 3D et images de synthèse plutôt que de l’animation dessiné à la main et animé au crayon comme auparavant. A cela, je répondrais sans honte : j’ai aimé, j’aime et j’aimerais toujours autant Blanche-Neige déjà parce que j’ai grandi avec ce film, et qu’il y a beaucoup plus de bon à en dire qu’on ne voudrait le laisser entendre. Cela dit si il a des inconvénients, que ça soit dû à la mentalité de l’époque ou en tant que film, mais parlons-en justement avec d’abord les personnages. Blanche-Neige est, à elle seul, l’archétype de la princesse tel qu’on la représente actuellement. Elle parle aux animaux, chante et est ridiculement jolie et pâle, gentille et c’est à peu près tout ce qu’il à retenir autour de cette princesse. Alors d’un côté, je comprends très bien que comparé aux dernières héroïnes Disney comme Elsa et Anna, Esmeralda, Tiana, Raiponce ou encore Belle, elle est extrêmement faible en tant que personnage et semble plus réduite à faire le ménage et la cuisine qu’autre chose. Toutefois, elle n’est pas désagréable pour autant Spoiler: et quand elle rencontre les nains et prend les choses en main chez eux, elle fait plus figure de mère que de simple femme de ménage quand on voit que les nains ne savent pas faire la cuisine ou même faire le ménage et s’entretenir, il faut bien quelqu’un pour les redresser. Donc, en tant que personnage, Blanche-Neige est inintéressante, pas détestable ou désagréable mais inintéressante, toutefois en tant que figure et représentation elle joue un rôle intéressant, et puis elle reste selon moi plus supportable que d’autres (n’est-ce pas Aurore ?). Et cela est justement renforcé par l’arrivée de nos 7 personnages qui sont, en quelque sorte, à la fois les faire-valoir mais aussi les stars du film, nos très chers nains. Prof, Timide, Atchoum, Dormeur, Joyeux, Simplet et Grincheux (mes deux préférés, surtout avec les réactions qu’ils ont). Principalement, ce sont eux qui servent l’humour du film et les personnages sont très stéréotypés dans le sens ou les noms correspondent au caractère du personnage, mais comme le film raconte son histoire comme un conte tout en étant fidèle, ce n’est pas du tout un mal au contraire. Et puis, je peux pas m’empêcher de sourire ou de rire à chaque fois qu’ils ont des réactions exagérées ou disproportionnéSpoiler: comme lors de leur traque au monstre quand ils voient leur maison allumé, leur toilettage avant le repas, leur tyrolienne, bref là c’est ma nostalgie et le fan qui parle. De plus, chacun de leur caractérisation font très enfantin et je crois que c’est volontaire, Spoiler: on les voit avoir du mal pour certains avec une femme qu’ils rencontrent pour la première fois tandis que Grincheux fait le fier en pestant contre elle mais l’acceptent sous leur toit pour sa gentillesse et sa beauté, c’est très classique d’un côté et il faut aimer le film pour cela, mais de l’autre ça amène une morale intéressante que je développerais vers la fin de la critique. En revanche, en ce qui concerne le prince, je ne ferais pas de commentaire parce que ce mec a la profondeur d’un coffre à bijou et le charisme d’une brique tant il est délaissé. Il ne fait que servir le conte et la manière dont est raconté le film mais on l’oublie totalement après le film, même le prince Philippe dans La Belle au bois Dormant est moins ennuyeux et vide que ça. Et en ce qui concerne la romance du film, elle s’appuie surtout sur l’aspect conte mais pas sur un développement de personnage, si vous voulez voir une romance pour ses personnages croyez moi vous allez trouver celle-là saoulant et sans intérêt. Spoiler: Par contre, il est intéressant de voir que la romance fonctionne si on laisse l’émotion du film nous emporter et son aspect de conte prendre un impact sur nous, même si bien sur le prince et la princesse sont plus faible que la presque intégralité des couples de classique Disney, faut l’admettre. Le chasseur ne sert pas à grand-chose non plus, il joue son rôle de personnage de conte, c’est tout, Spoiler: mais ce qui est con c’est qu’on ne sait même pas ce qu’il devient au final et ce qu’il adviendra, il a juste le temps de faire 2 apparitions dans 2 scènes, et basta. En revanche, la méchante du film, la reine, est la parfaite candidate parmi les meilleurs méchants Disney, déjà parce qu’elle va à fond dans ce qu’elle est, une vieille grognasse jalouse de sa fille et qui veut rester la plus belle, Spoiler: allant jusqu’à s’enlaidir à son paroxysme pour devenir une vieille mégère avec la fameuse pomme rouge et le regard globuleux qui en a terrifié plus d’un quand on était gosse. Elle a la voix, elle a le rire démoniaque qui va avec, les bonnes répliques, Spoiler: et bien sur une mort grandiose qu’on n’oublie pas de si tôt. Une excellente antagoniste bien que caricatural étant respectueux du conte, n’en reste pas moins génial tant les animateurs et scénaristes ont assumé pleinement ce qu’elle était. En revanche, expliquez-moi, quel est la triple andouille de première Spoiler: qui a placé une tortue dans une forêt au milieu de tous les animaux que Blanche-Neige rencontre ? Sans déconner les gars, pourquoi une tortue ? Non parce qu’à part pour deux/trois gags dont un qui est plus ambigüe qu’autre chose, il sert absolument à rien Spoiler: et il n’apparaît même pas à la fin du film. Donc ouais, chacun aura ses apriori sur les personnages, mais il y a eu énormément d’évolution depuis le temps, déjà avec Pinocchio qui est sorti bien des années ensuite. En ce qui concerne la VF, j’ai grandis avec le second doublage mais j’ai eu le droit au troisième avec le Blu-Ray. Je pensais que je détesterais, mais au bout de cinq minutes on s’y fait rapidement et je pense même l’apprécier un peu plus que le précédent. Valérie Siclay surjoue un peu par moment mais c’est excusable en raison du personnage de Blanche-Neige, Rachel Pignot par contre s’en sort parfaitement au chant, Sylvie Genty et Katy Vail pour la reine et la sorcière font bien leur travail aussi, Marc Alfos a fait le chasseur et sur ce point là très bon choix, les comédiens pour les nains aussi, de même pour le prince, du très bon travail en perspective. Mais si il y a bien un point qui n’a pas vieillit depuis, c’est la musique de Leigh Harline et Paul J. Smith que ça soit pour les chansons ou les scènes musicaux. La montée de puissance et en crescendo des instruments nous entraînent très vite, le thème principal est utilisé à juste dose et est, en lui-même, parfaitement orchestré et digne d’une ambiance de conte, on la retient facilement une fois entendu, de même pour plusieurs autres mélodies. Les chansons aussi se retiennent même si plusieurs sont très cul cul la praline et très niais même pour l’époque, je souhaite/un chant est déjà bien rose sans être désagréable à l’oreille, pareil pour Un sourire en chantant, par contre on retient tous Sifflez en travaillant que ça soit pour la vanner ou si on l’aime et il ne faut pas se mentir, elle reste très entraînante. Heigh-Ho est simple mais aussi la plus apprécié, ça donne envie de la chantonner d’ailleurs. La tyrolienne des nains est amusante, Un jour mon prince viendra est cul cul au possible et il en est de même pour sa reprise, la reprise d’un chant aussi mais elle sert la scène en question comme il faut. Et ce n’est pas plus mal que la scène de la soupe n’ait pas été retenu, ça aurait plus servi de pause inutile qu’autre chose et le film n’en avait pas besoin. Même du côté de l’animation les dessinateurs ont fait un travail qui reste impressionnant de nos jours. Cela dit ça a aussi un peu vieilli et on peut facilement trouver des faux raccords par-ci par-là, Spoiler: comme une image qui se fige pendant presque une seconde, Blanche-Neige qui arrive chez les nains immaculé et sec malgré son périple dans les bois, Simplet qui arrive avec une lanterne alors qu’il n’en avait pas avant de rejoindre le groupe de nain, ou un dégradé de lumière d’une scène à un autre pas toujours nickel. De l’autre côté, ça conserve quand même de sa splendeur à bien des niveaux, que ça soit Spoiler: le plan sur la maison des 7 nains qui reste charmant, la mine de diamant ou encore la fuite dans les bois, c’est tantôt prenant et même terrifiant (comme je les aimes) par moment. Les Design et l’animation donnent vraiment l’impression de suivre un livre de conte et il n’y a pas à douter que c’était le but quand Disney a pondu le tout premier film d’animation de l’histoire, vous imaginez quand même à quel point ce film a marqué l’époque ? Il y a quelques passages qui semblent plus détaché de l’aspect conte, on retient surtout Spoiler: la transformation de la reine en vieille sorcière aigri aux yeux globuleux qui aura choqué bon nombre d’enfant à leur premier visionnage, tout cela avec un budget de tout juste 1,48 million de dollar américain. Ça fait une grosse différence avec les derniers classique Disney réalisés. Il reste maintenant à parler de l’histoire, et si dans l’ensemble elle respecte le conte des frères Grimm, il ne faut pas se mentir, le film a vieilli et conserve de nombreux défaut et reproche qu’on peut lui faire. A commencer par les personnages du prince et de la princesse qui reste quand même faible en eux-mêmes par rapport à ceux de maintenant, mais aussi par le fait que ce film opte pour une méthode semblable aux films de Spielberg : privilégier l’émotion à la logique de l’histoire. Mais cela fait qu’on se retrouve avec un paquet d’incohérence et d’invraisemblance, mais aussi avec des questions sans réponses parfois abracadabrantesque : Spoiler: dés l’introduction avec le livre parlant du miroir, pourquoi ce dernier révèle que Blanche-Neige est plus belle que la reine alors que le narrateur dit clairement que le miroir mentait à la reine pour protéger Blanche-Neige ? Il y a bien sur ce problème des habits et de Blanche-Neige intacte après sa fuite dans la forêt, je laisse passer le fait que les nains sont loin de leur mine et qu’on n’a aucune idée de la distance qui les sépare entre leur maison et leur lieu de travail, mais comment ils savent pour la reine et ce qu’elle est alors qu’ils vivent isolés de tout ? Et comment le prince arrive t’il à retrouver Blanche-Neige à son cercueil de verre alors qu’il ne sait même pas ou vit les nains ? Je ne pourrais pas tous les citer, mais autant dire que le film accumule les soucis de cohérence à de très nombreuses reprises car le scénario n’est pas raconter comme un film mais comme un livre sur grand écran et du coup c’est d’une imperfection flagrante. Il y a aussi ce problème temporel propre à beaucoup de Disney, Spoiler: techniquement il ne se passe que 2 jours et quand on voit à quoi ressemble la romance et comment tout cela est traité ça fait vraiment pâle figure, inutile de dire qu’il n’y a pas de développement dans cette romance. Cela dit, les principales qualités du film ont un avantage qui font que Blanche-Neige et les sept nains arrivent à plaire malgré tout ces soucis : l’aspect conte de fée est assumé car elle ne cherche pas à nous faire réfléchir à toute ces questions mais à faire réagir nos émotions devant les événements et le déroulement de l’histoire. Au final Spoiler: on s’en fiche que Blanche-Neige soit peu développé, on l’a rendu la plus douce et gentille possible pour qu’on veuille la voir heureuse, on s’en fiche que les nains soit stéréotypé avec leur caractère, ils sont drôle, tous sympathique et mémorable à leur manière car les animateurs et scénaristes y sont allé à fond dans leur exploitation à travers la simplicité de leur personnalité. Et on s’en fiche aussi que la reine ait une motivation qui est simplement reprit du conte car là aussi on y va à fond dans ce qu’elle est. Le prince est le seul élément entièrement préjudiciable parmi les principaux protagonistes mais il n’en est pas moins que chacun sert l’histoire comme il faut. De plus, Blanche-Neige est un modèle intéressante Spoiler: dans le sens ou elle fait figure maternelle pour les nains : car oui, les nains sont peut être des hommes mais leur taille et leur manque de savoir-vivre font qu’ils sont restent des enfants malgré tout, donc c’est une façon pour Disney d’enseigner les bonnes manières et la politesse aux enfants à travers la princesse. En tant que tel, ça reste un personnage très faible mais elle est un minimum utilisé ici pour transmettre au moins ceci. Donc, est-ce que c’est l’un des meilleurs classique d’animation Disney qui existe ? Non, il y a eu bien mieux par la suite, mais est-ce qu’il est devenu mauvais et a aussi mal vieilli qu’on peut bien le dire ? Non plus, il garde son charme et sa qualité en long et en large et personnellement je serais partant pour le revoir de nouveau. Il a ses défauts évident, ses problèmes mais il reste culte que ça soit pour les nains, la musique, les chansons ou l’ambiance qui fait tout le charme de ce film. Un excellent classique à voir.

Vu: 17470

Genre: AnimationFamileFantastique

Durée: 83 min

IMDb: 7.6

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *